Le marché de la publicité digitale se porte bien

Le SRI (Syndicat des Régies Internet) et l’UDECAM (Union Des Entreprises de Conseil et Achat Media) ont récemment présenté les résultats du 15ème observatoire de l’e-pub : l’occasion de délivrer un constat du marché digital pour l’année 2015 et mettre en perspective quelques tendances pour l’année 2016.

Une progression confirmée

Sans grande surprise, le marché de la publicité digitale a maintenu sa progression en 2015 et cette dernière s’est même accélérée. Ce marché pèse aujourd’hui 3 216 millions d’euros. Représentant 27,7% de la part d’investissement dans les médias, il a définitivement dépassé la presse (21,2%) et en fera bientôt autant avec la télévision (28,3%). Si la France se situe à des niveaux similaires à ceux de son voisin allemand et du géant américain, elle a en revanche une grande longueur de retard sur la Grande Bretagne. Les Britanniques ont complètement intégré le digital à leurs stratégies (44,1% des investissements). En suivant leur exemple, on peut donc s’attendre à voir le marché du digital confirmer sa progression sur le continent européen dans les années à venir.

Le Display soutenu par le boom des Réseaux Sociaux

Le digital aujourd’hui se divise en trois grandes catégories :

  • Le search, qui représente la publicité sur les pages de résultats des moteurs de recherche et Google en tête (les fameux « Adwords »), pèse plus le plus lourd dans le marché puisqu’il en représente plus de la moitié (56%).
  • Le display, la publicité classique en ligne, enregistre la meilleure progression (+10%), notamment grâce au boom de la publicité sur les réseaux sociaux, Facebook en tête.
  • Les « autres leviers » : ce segment comprend l’affiliation, les emailings, les comparateurs etc… Il ne représente aujourd’hui que 11% du marché et sa progression est faible : +2%.

Avec les marques qui s’approprient les réseaux sociaux et ces derniers qui font des revenus publicitaires leurs priorités, on devine facilement que le display va maintenir sa progression. Le Search, qui ne progresse que de 4%, pourrait ainsi se voir détrôner.

Le mobile : protagoniste du marché

La place grandissante des smartphones et tablettes dans la vie de ses utilisateurs est entrain de pousser les annonceurs à modifier leurs stratégies. Alors que 52% des connexions se font désormais sur mobile, ce device ne représente aujourd’hui que 26% des dépenses publicitaires digitales. Tandis que les environnements desktop concentrent 74% des dépenses pour 48% des connexions. Un paradoxe destiné à disparaître tant la progression des investissements sur mobile est spectaculaire depuis 2012.

Le search domine très largement le marché du mobile : il représente 62% des investissements dans le domaine. Les acteurs principaux du marché, Bing en particulier, ont donc fait de ce device leur priorité en développant de nouveaux outils, surtout destinés à promouvoir les app. Et ça marche : plus de 25% des applications sont installées suite à une recherche web. Le display représente lui 38% du marché. Sa croissance est portée par les réseaux sociaux : en effet, la part du social dans le display mobile s’élève en 2015 à 73% (et une progression de 68% par rapport à 2014).

En conclusion…

2016 pourrait donc être l’année de la consécration pour la publicité digitale, capable de dépasser la portée de la télévision, incontournable via le display et indispensable pour les mobiles. Aujourd’hui les entreprises qui n’ont pas encore pris ce tournant doivent repenser leur communication pour replacer le digital au cœur de leur stratégie. Et Adjectif est là pour vous aider à vous adapter à ce marché en pleine mutation.

Partager sur : Twitter/ Facebook/ Pinterest/ Google